onboarding-couv.jpg

L’onboarding pour application mobile : règles et bonnes pratiques

Le développement d’une application mobile est complexe et nécessite bien plus qu’un beau design.
Quand on sait qu’en moyenne, 20% des app téléchargées ne sont utilisées qu’une seule fois, attirer les utilisateurs et les retenir devient un enjeu crucial.

Il semble qu’aujourd’hui, être user-friendly est l’un des meilleurs moyens pour lutter contre le désengagement des utilisateurs. Cela passe par exemple par la mise en place d’une stratégie de contenu efficace et pédagogique : l’onboarding.

Ces éléments sont destinés à guider l’utilisateur lors de sa première connexion afin qu’il se familiarise avec les principales fonctionnalités, sache ce qu’il peut faire et comment il doit le faire, comment acquérir la gestuelle pour naviguer ou comment accéder à certains écrans « cachés ». Cette démonstration se doit d’être succincte, rapide et compréhensible, tout en dévoilant le plus de contenu possible.

 

On a qu’une seule fois l’occasion de faire bonne impression et ce premier contact avec l’utilisateur influencera la suite de son engagement avec votre application mobile.

 

Dans quels cas l’onboarding est-il nécessaire ?

Certaines catégories d’applications impliquent plus facilement l’utilisation d’onboarding.

C’est le cas notamment des applications qui exigent un certain nombre d’informations personnelles pour fonctionner (applications de santé, de fitness, etc.). Dans ce cas, l’utilisateur doit rapidement être rassuré et comprendre au premier coup d’œil l’objet de cette récolte de données.

 

application mobile onboarding fitbit

Fitbit

 

Les applications B2B qui contiennent de nombreuses fonctionnalités à la manière d’une extension de logiciel ou dont le process est complexe (suivi de production, gestion d’utilisateurs, etc.) sont également concernées.
Enfin, celles qui innovent dans l’UI avec des concepts de navigation et de nouvelles gestuelles qui diffèrent des pratiques tactiles familières. Dans ce cas, il est nécessaire de les expliquer afin d’éviter que l’utilisateur ne quitte l’application.

 

De la réflexion à la mise en place concrète

Certains principes de base sont à connaître dans la mise en place d’un onboarding :

  1. Montrer aux utilisateurs les bénéfices qu’ils peuvent tirer de l’application.
  2. Simplifier au maximum le processus de connexion.
  3. Anticiper les réactions et l’intuitivité de l’utilisateur.
  4. Utiliser de la couleur pour attirer l’attention de l’utilisateur et le guider dans sa navigation.
  5. Être clair et concis.

 

On distingue trois grands types d’onboarding :

 

  1. L’onboarding orienté bénéfices et valeur

Il décrit les bénéfices liés à l’utilisation de l’application et informe l’utilisateur sur la manière dont il peut en tirer profit de manière personnelle. Il prend la forme de slides dynamiques présentés lors de la première connexion. Dans les exemples ci-dessous, chaque avantage décrit répond à un besoin clairement défini.

LinkedIn : la reconversion professionnelle,
AirBnB : la location de n’importe quel type de lieu,
Evernote : le cross-platform et le multi-device.

Concentrez-vous uniquement sur trois avantages clés. Plus de détails pourraient effrayer l’utilisateur ou le lasser, et ce, avant même d’entrer au coeur de votre application. Enfin, les slides doivent obligatoirement être placés avant l’étape de connexion/inscription afin d’impressionner l’utilisateur et l’inciter à utiliser l’application.

 

application mobile onboarding benefice

LinkedIn / AirBnB / Evernote

 

  1. L’onboarding orienté fonctionnel

Cette technique n’explique pas à l’utilisateur pourquoi il doit utiliser l’application mais comment il doit le faire. Il a pour objectif de mettre en avant les fonctionnalités essentielles composant l’application. Et, tout comme l’onboarding orienté bénéfices, il est nécessaire qu’il se concentre sur trois fonctions présentées en trois slides. Ce type d’onboarding peut également être intégré dans la navigation notamment lorsque l’application est vide de contenu. Au lieu d’atterrir sur un écran entièrement nu, l’utilisateur est accueilli par un message qui lui indique comment commencer.

Il faut considérer n’importe quel type d’utilisateur et envisager la possibilité qu’une fonctionnalité qui vous paraît évidente ne le sera pas forcément pour eux.

L’onboarding fonctionnel explique la fonction, reste succinct et priorise l’information. L’emploi de verbes en début de phrase est recommandé afin d’attirer l’attention de l’utilisateur.
Il est également intéressant de permettre l’accès à ce mini-tutoriel à n’importe quelle étape de la navigation ou via un menu toujours accessible par exemple.

 

application mobile onboarding fonction

Boomerang / Leroy Merlin / Cooking

 

  1. L’onboarding progressif

Cet onboarding interactif instruit l’utilisateur en cours de navigation et le conseille spécifiquement selon la manière dont il utilise les fonctionnalités de l’application.

La plupart du temps, il prend la forme de fenêtres dynamiques ou de messages de sensibilisation inclus dans la structure de l’écran. Par exemple, une application peut inviter l’utilisateur à découvrir telle ou telle fonctionnalité après une période de temps sans action ou lui présenter certaines actions cachées lorsque les interfaces sont épurées et minimalistes.

 

application mobile onboarding progressif

LinkedIn / Bring! / Deezer

 

Ce type d’onboarding est le plus populaire car il permet à l’utilisateur d’apprendre par la pratique et de découvrir le contenu de l’application au fur et à mesure de son parcours. Néanmoins, faites attention à ne pas l’inonder d’informations superflues.

 

L’onboarding se doit d’être un juste équilibre entre : laisser l’utilisateur découvrir par lui-même, et l’orienter suffisamment afin qu’il ne soit pas déstabilisé par la navigation de votre application mobile.

 

Sources couverture : Daily UI
IdéineL’onboarding pour application mobile : règles et bonnes pratiques
Share this post

Join the conversation

À lire aussi